Urgences
24h/24 7j/7
+ 33 (0)1 48 71 34 34
Clinique Veterinaire
Passion, Compétence et Affection, au service des animaux
17 Bd d’Alsace Lorraine 94170 Le Perreux sur Marne
+ 33 (0)1 48 71 34 34 (24/24H 7J/7 sur appel)

Découvrez
Notre clinique

Suivez toute
Notre Actualite

Actualites

Les chats et la canicule
01/08/2019
LES CHATS ET LA CANICULE   C'est l'été ! Le soleil et la chaleur sont au rendez-vous, ce qui est agréable pour vous et votre chat qui aime se coucher au soleil pour apprécier sa douce chaleur. Mais lorsque le thermomètre affiche des températures caniculaires, la chaleur devient l'ennemie du chat !      Chat et canicule Pour évacuer la chaleur lorsque leur température corporelle devient trop élevée, les chats sont obligés de haleter. En effet, ils sont incapables de transpirer à la manière des humains : une faible transpiration est possible au niveau des coussinets, mais elle est insuffisante pour réguler la température de nos petits félins. S’il est moins commun de voir un chat haleter qu’un chien, c’est parce qu’il supporte en général mieux les fortes chaleurs et qu’il dort davantage pendant la journée puisqu’il a une activité aussi bien la nuit que le jour. En outre, il prend soin de trouver des endroits frais et est moins actif pendant une canicule. L’accès à l’eau fraîche à disposition permanente est toujours indispensable et primordial lors de températures élevées.     Animaux à risque Tous les chats ne sont pas égaux face à la chaleur. C’est ainsi que si votre ami vit en permanence à l’intérieur, le choix des cachettes plus fraîches sera beaucoup plus limité que pour ses congénères ayant accès à l’extérieur. De plus, les chatons et les chats âgés sont plus sensibles aux fortes chaleurs que les chats adultes. L’obésité est également un facteur d’intolérance à la chaleur et est à éviter et à traiter lorsqu’elle est présente, tout comme les maladies cardiaques et pulmonaires qui peuvent gêner et interagir avec un halètement salvateur lorsqu’il s’agit d’évacuer un surplus de chaleur. Enfin, la densité et la longueur du pelage des chats influencent leur température corporelle et certaines races supportent moins la chaleur. Un toilettage peut dès lors s’avérer utile dans certains cas, afin de diminuer la masse de poils.     Comment aider son chat à supporter la canicule ? La plupart des chats étant de nature joueuse et très active, évitez d’inciter votre ami à jouer et courir lorsqu’il fait très chaud. Moins il se dépensera, moins il souffrira de la chaleur. Essayer aussi d’éviter ou d’abréger le plus possible les trajets en voiture pendant ces périodes. Plus que ses congénères vivant à l’extérieur, votre chat d’intérieur appréciera que vous lui rendiez accessible la pièce la plus fraîche de la maison. L’air conditionné étant un luxe qui règle les problèmes de température, les ventilateurs ne sont quant à eux en général pas bien tolérés par les chats, qui prennent soin de les éviter. Enfin, certains chats acceptent les caresses de mains préalablement mouillées ce qui leur apporte rafraîchissement et réconfort.   http://www.chatsdumonde.com/ 
Le coup de chaleur
18/06/2019
Autrement appelé  congestion cérébrale , le coup de chaleur est  lié à un œdème cérébral consécutif à une dé- faillance des mécanismes de régulation de la température interne.  Il s’agit d’une  affection grave, brutale, pouvant entraîner la mort de l’animal en l’absence de prise en charge rapide.  Ce type d’accident grave arrive le plus souvent  l’été, alors que le chien est laissé dans la voiture, même à l’ombre.   À quoi est dû le coup de chaleur : Contrairement à ce qui se passe chez l’Homme,  la régulation de la température interne ou thermorégulation chez le chien ne se règle pas par transpiration et échanges thermiques au niveau de la peau. Le chien tolère moins bien la chaleur, et ne peut transpirer qu’au niveau des coussinets plantaires (il ne possède pas de glandes sudoripares !).  Il va surtout utiliser sa  ventilation respiratoire, en haletant, pour diminuer sa température interne. Lors de fortes chaleurs,  ce mécanisme est insuffisant, et le chien « surchauffe ».   Le système circulatoire sanguin est alors perturbé, et le cerveau va commencer à souffrir de ces perturbations. Si la température ne baisse pas rapidement , un processus inexorable se met en place conduisant rapidement au  coma puis à la mort .   Comment se manifeste un coup de chaleur : Lorsque la chaleur corporelle augmente, le chien commence par  haleter .  Cette hyperventilation s’accélère, mais diminue l’oxygénation tissulaire et notamment au niveau du cerveau, on note alors une cyanose des muqueuses (couleur bleu violacée de la langue et des babines). L’animal devient hagard, hébété, semble ne plus percevoir ce qui se passe dans son environnement.  La température interne normalement de 38,3°C peut monter à  40, voire 41°C . Des  pertes d’équilibre sont alors courantes.  Puis un  œdème cérébral entraînant un coma  va s’installer, et le  choc thermique  va évoluer rapidement vers la  mort, en quelques minutes.    Comment prévenir le coup de chaleur : Le coup de chaleur arrive généralement aux  périodes chaudes de l’année , le plus souvent  lorsque le chien est confiné notamment dans un véhicule en stationnement, même à l’ombre fenêtre entrouverte.  Il faut également être vigilant lors des trajets  si le chien est installé dans le coffre, à l’arrière de la voiture ou s’installe sur la plage arrière : les systèmes de climatisation des véhicules ne donnent pas forcément une température homogène dans l’ensemble de l’habitacle.  Certaines races sont encore plus sensibles au coup de chaleur : ce sont les chiens  brachycéphales  (= « à face courte »), comme les bouledogues anglais et français, le King Charles, le boxer, le carlin, le shi-tzu, le dogue de Bordeaux, etc.  Les chiots, les chiens âgés, ceux atteints d’insuffisance cardiaque, et les chiens en surpoids sont plus exposés.   Quels sont les gestes à faire? Dans un premier temps, il s’agit de  faire chuter la température interne . On utilisera pour cela des  linges trempés d’eau froide (20°C) qu’on placera sur le chien, en particulier autour du cou et de la tête.  Il faudra veiller à mettre calmement  le chien à l’ombre, dans un lieu bien aéré, et à l’installer « en sphinx », en étirant la tête en avant pour faciliter la respiration.  L’utilisation de  ventilateurs  peut permettre d’accélérer la diminution de la température interne. Si les symptômes sont plus sévères (ou en cas de doute), avec des troubles de la démarche ou de la vigilance, le chien commence à  être victime d’un œdème cérébral. Il faut rapidement contacter le vétérinaire et se rendre à la clinique en urgence . L’équipe soignante se préparera à agir immédiatement dès votre arrivée. Durant le trajet, on veillera à faciliter la respiration de l’animal dans la voiture. Certaines complications comme une coagulation du sang dans les vaisseaux peuvent être rapidement fatales si elles ne sont pas traitées rapidement.  À votre arrivée, l’équipe vétérinaire mettra en œuvre un traitement adapté à la sévérité du coup de chaleur.    Comment éviter que votre chien souffre d'un coup de chaleur:  Lors des journées de forte chaleur,  veillez à ce que votre chien ne reste pas trop longtemps au soleil, et à lui pulvériser de l’eau sur le pelage à l’aide d’un pulvérisateur ou d’un brumisateur.  Si possible,  installez le chien dans une pièce fraîche, bien aérée.  Lors des trajets en voiture,  des arrêts fréquents  durant lesquels votre chien pourra s’ébattre,  à l’ombre de préférence , seront nécessaires. On veillera toutefois à  limiter les exercices violents et on modérera les chiens turbulents . Emportez également de  l’eau afin de fournir à votre chien ou votre chat une bonne hydratation : les pertes en eau par le halètement sont très importantes.  Surtout,  ne laissez pas votre animal sans surveillance dans votre voiture : le coup de chaleur arrive brusquement, même dans un véhicule garé à l’ombre.   Afin de partir en toute sécurité, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.    
Transporter son animal
07/06/2019
Partir en vacances, partir en week-end ou tout simplement aller chez le vétérinaire, les occasions sont nombreuses pour transporter votre animal. Voici quelques conseils pour que tous les trajets avec votre chien, votre chat ou votre NAC se passent au mieux !   Transporter votre chien. En voiture.   Beaucoup de chiens n’aiment pas la voiture, ils peuvent même être malades : baver, vomir… Des traitements vétérinaires existent pour éviter ces désagréments lors du voyage. Ils sont généralement à donner quelques heures avant le début du voyage. N’hésitez pas à rendre une visite à l’accueil de la clinique, nous pourrons vous conseiller. Il est préférable alors de mettre votre chien dans une caisse de transport dans votre coffre, pour des raisons de sécurité mais aussi de confort pour lui : il sera ainsi mieux stabilisé ! Si vous ne pouvez pas procéder ainsi, votre chien devra être placé à vos pieds ou sur la banquette arrière mais seulement si vous possédez une grille de protection ou un système d’attache . Enfin, les chiens craignent la chaleur , voyagez avec la climatisation ou aux heures les plus fraîches en été et n’oubliez pas les pauses pour faire boire votre chien très régulièrement.   En train ou en avion.   Les conditions de transport en train sont moins contraignantes qu’en avion : les chiens de moins de 6 kg peuvent voyager dans un panier de transport quant aux chiens de plus de 6 kg, ils doivent être muselés.   En avion, les exigences varient en fonction des compagnies aériennes mais généralement, les petits chiens peuvent voyager dans un panier en cabine avec leur propriétaire alors que les plus gros chiens voyagent en soute dans une caisse de transport aux normes IATA. Il faut donc bien se renseigner avant le départ ! Des traitements tranquillisants peuvent être administrés avant le départ pour que votre chien supporte ce long voyage.   Transporter votre chat. En voiture.   Comme les chiens, les chats doivent être protégés pendant le voyage. Ils doivent être placés dans un panier de transport pour ne pas être mis en danger lors d’un accident : lors de l’impact mais aussi lorsque les secours arriveront ! Certains chats sont très stressés en voiture, des médicaments sont disponibles pour diminuer cette anxiété.   En train ou en avion.   Là encore, les chats répondent aux mêmes règles que les chiens : un panier aux normes dans ces transports est indispensable. En avion, les plus gros chats (et oui, certains chats dépassent les 8-10 kg !) voyageront en soute ! Renseignez-vous bien avant le départ auprès de la compagnie aérienne.   Transporter mon lapin.   Il est rare qu’un lapin voyage en avion ou en train. Toutefois, cela est possible et il faut alors respecter les conditions de transport spécifique dictées par la compagnie. En voiture, cela est plus commun ! La solution la plus bénéfique est de faire voyager votre lapin dans sa cage habituelle recouverte d’un linge pour éviter le stress. A chaque arrêt, offrez-lui à boire. Faîtes attention aux courants d’air pendant le trajet,  les lapins y sont très sensibles et peuvent tomber gravement malades.    Quelle que soit votre destination, quel que soit votre moyen de transport, il est nécessaire de prendre toutes les précautions pour sécuriser au maximum votre animal pendant le trajet. N’oubliez pas non plus les conditions de voyage très strictes des compagnies aériennes ou ferroviaires. Enfin, si vous passez une frontière avec votre animal, renseignez-vous au préalable sur les conditions de passage de la frontière aussi bien à l’aller qu’au retour !  
Les tortues d
24/05/2019
Parmi les tortues d’eau douce les plus fréquemment rencontrées, on trouve la tortue de Floride à tempes rouges (Trachemys Scripta Elegans) et la tortue peinte (Chrysemyspicta), dont la détention nécessite un certificat de capacité (voir législation sur ces tortues), Macrochelodina Rugosa, la Chinémyde de Reeves (Chinemys reevesii), l’Emyde caspienne occidentale (Mauremys caspica), l’Emydure à ventre rouge (Emydura subglobosa), la Pélomeduse roussâtre (Pelumedusa subrufa), la Péluse de Schweigger (Pelusios castaneus), et la Tortue boîte de Malaisie (Cistoclemmys amboinensis ). D’une taille pouvant dépasser les 30 cm pour certaines espèces, elles ont une espérance de vie plus courte que les tortues terrestres : de 10 à 30 ans selon l’espèce. L’hébergement Il est nécessaire de se documenter sur le milieu de vie naturel de l’espèce choisie. En effet, certaines espèces vivent dans les zones marécageuses, d’autres aux abords des rivières. Certaines passent la majeure partie de leur temps dans l’eau , d’autres auront besoin d’une surface émergée plus ou moins importante. L’aquaterrarium On le choisira le plus vaste possible. Il sera divisé en 2 parties : une partie aquatique , d’une profondeur pouvant allée jusqu’à 1 m, et une partie terrestre . Ces 2 espaces seront reliés par une rampe facilitant la sortie de l’eau. Des rochers ou autres objets émergents seront disposés afin que la tortue puisse y prendre appui ou même s’y reposer. La température La température de l’eau du bassin sera comprise entre 22 et 30°C selon les espèces, et celle de l’air entre 22 et 25°C . Le chauffage de l’eau sera assuré par un thermoplongeur , et celui de l’air par une lampe infrarouge ou une lampe céramique. Elle sera dirigée vers un côté de l’aquaterrarium , et offrira un point chaud d’environ 30°C . L’animal pourra s’y exposer selon son niveau d’activité .Un thermomètre permettra une surveillance et un maintien précis de la température. L’éclairage Il sera assuré par une lampe à incandescence ou des tubes fluorescents , en complément de la lumière naturelle. L’UVB est indispensable pour toutes tortues (surtout juvéniles, une fois adulte beaucoup d’espèces peuvent s’en passer). En effet, l’UVB aide beaucoup dans le processus de synthétisation de la vitamine D3. Le substrat Selon les espèces, le fond du bassin sera rempli de sable ou de gravier plus ou moins grossier . Pour la partie émergée, le sol sera soit recouvert de sable, de gravier, sera laissé lisse pour permettre un bon nettoyage. L’hygiène L’eau du bassin sera filtrée de la même façon que l’eau d’un aquarium. I l ne faut pas nettoyer son filtre une fois par semaine, cela détruit toutes les bactéries qui permettent la dégradation des déchets. Sachant que les bactéries sont colonisées au bout de deux à trois semaines, nettoyer le filtre chaque semaine ne fait que le rendre moins efficace. L'alimentation Les tortues aquatiques sont en majorité omnivores, voir carnivore. On leur proposera des poissons crus entiers, des crevettes avec leur carapace, des mollusques, des lentilles d’eau, des plantes aquatique et de la salade bien lavée. Des os de seiches entiers ou broyés et saupoudrés sur la nourriture assureront un apport en calcium suffisant. On évitera de donner des crevettes séchées (gammares) ou de la viande car cette alimentation est très carencée en calcium et en vitamine A (en raison de l’absence de viscère et de carapace) et peut conduire à des problèmes métaboliques graves. Des granulés pour tortues du commerce peuvent complémenter ce régime. La nourriture sera distribuée en petite quantité et doit être donnée dans l’eau. La plupart des espèces aquatiques ne mange pas hors de l’eau.   L’enclos extérieur   A la belle saison, vous pouvez offrir un séjour au jardin à vos tortues. Des modèles d’étangs en plastiques se trouvent en jardinerie . Il suffit de l’incorporer dans le sol du  jardin et d’en recouvrir le fond de sable ou de gravier. Les berges seront recouvertes de pierres plates et de graviers et formeront une pente douce. Les animaux pourront y venir se dorer au soleil. Plantez des végétaux aquatiques qui offriront cachettes et nourriture aux tortues. Pour éviter les évasions, l'étang sera entouré d'une clôture de 50 cms de hauteur et enterrée à une profondeur de 20 cms.   Le vétérinaire Prévoir une visite à l’achat pour vérifier que tout va bien. Votre vétérinaire vous conseillera (pour la reproduction, l’hibernation, le dépistage des parasites, l’identification par puce électronique) et vous aidera à maintenir vos tortues en bonne santé.  
Jouez avec votre animal!!!
17/05/2019
Les animaux sont des joueurs infatigables… enfin presque car tout dépend de l’âge et du caractère de chacun ! Alors quel jeu pour quel animal, voici quelques conseils.   Pour les chiens :   Les chiens ont besoin de se dépenser , de mordiller mais aussi de s’occuper pendant vos absences. A chaque comportement correspondent certaines sortes de jouets. Pendant votre absence, mettez à la disposition de votre compagnon des os à mâcher qui éviteront surement certaines bêtises tout en répondant à son besoin instinctif de mordiller , surtout chez les jeunes chiots. Si vous choisissez des os adaptés, ils permettront aussi de limiter la formation de plaque dentaire et donc de tartre . Il existe aussi des jouets à mordiller en corde, en plastique … Attention ! Ne donnez jamais de vrais os à votre compagnon et notamment des petits os de volaille, les esquilles pourraient lui perforer le tube digestif… Une pathologie très grave qui constitue une urgence. Quand vous êtes à la maison, il est indispensable de consacrer un petit peu de temps à jouer avec votre chien. Si vous avez un jardin, profitez-en pour lui permettre de se dépenser avec les jeux de rapport : on lance un jouet et le chien doit le rapporter. Cela permet aussi d’éduquer le chien à rapporter un objet et cela l’oblige à se contrôler : s’il s’excite et ne rapporte pas le jouet, vous stoppez le jeu jusqu’à ce qu’il redevienne calme. Si vous vivez en appartement, trouvez un parc où vous pourrez laisser courir votre compagnon de temps en temps et préférez les jeux plus calmes à l’intérieur. Sachez qu’ apprendre à son chien des petits tours tels que « fais le beau » peut devenir un jeu !   Vous pourrez aussi trouver des jeux d’intelligence où le chien doit trouver la solution pour trouver des récompenses !   A savoir :  Il existe aussi des jouets flottants pour s’amuser dans l’eau avec votre chien pendant les jours les plus chauds.   Pour les chats :   Les chats restent de grands joueurs tout au long de leur vie. Certains vivent en appartement et il faut d’autant plus enrichir leur environnement par des jouets divers et variés, des arbres à chat… En effet, à rester seuls toute la journée, certains chats peuvent présenter une anxiété . Une petite boule de papier au bout d’une ficelle permet souvent d’amuser un chat très simplement mais les arbres à chat sont souvent équipés de petits pompons qui occupent beaucoup le chat ! Il existe des jouets beaucoup plus sophistiqués dont le faisceau laser (non dangereux pour le chat, bien sûr !) est irrésistible même pour les chats les plus paresseux ! Quand vous rentrez à la maison, un simple plumeau vous permettra d’amuser votre compagnon félin.   A savoir : Pour occuper votre chat, rien de tel que de cacher ses croquettes à différents endroits de la maison ! Certains jouets distribuent des friandises, un véritable stimulant pour les plus gourmands…   Pour les rongeurs et furets :   Les lapins, cobayes et furets deviennent de plus en plus nombreux aujourd’hui. Certains ont donc pris le parti de leur fabriquer des jouets adaptés. En effet, de nos jours, les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) sont de plus en plus proches de leurs maîtres qui veulent leur offrir une vie agréable et cela passe par le jeu : de la légendaire roue pour les hamsters aux jouets à ronger en passant par des jouets dits intelligents où, comme le chien, le petit rongeur devra trouver des friandises !   Pour conclure, l’information principale à retenir est : jouez avec votre animal ! Cela est indispensable à son équilibre!  

Veto34 sur Facebook

Notre
Boutique en ligne

Vous conseiller et vous proposer des produits de qualité, pour le bien-être de votre animal
Bonnes Affaires
Toutes nos promos
Decouvrez notre boutique

Theme du mois

08/09/2014
L’obésité est un des fléaux de notre siècle. C’est tout naturellement que cette pathologie touche nos animaux de compagnie, et en particulier les chiens et les chats. Quelques règles s'imposent...
CLINIQUE VETO 34
17 bd ALsace Lorraine
94170 Le Perreux sur Marne

contact@veto34.fr